• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Sécurité alimentaire et changement climatique - L’initiative 4 pour 1000 : un nouveau défi concret pour le sol

Du 17 au 20 juin 2019, l’Inra et l’Université de Poitiers organisent une conférence internationale sous les auspices de l’Initiative mondiale 4 pour 1000 lancée par la France en 2015 lors de la COP 21. Cette initiative a permis de définir des éléments de planification et de stratégie, ainsi qu’un cadre global permettant de progresser dans la protection du « capital sol », enjeu clé pour la planète. La conférence offre aux scientifiques, aux décideurs et aux organismes de recherche un forum pour débattre de questions cruciales, ainsi que des possibilités et des défis réalistes pour la mise en œuvre de cette initiative en France, en Europe et dans le Monde.

Paysage environs de CASTAGNAC(Sud Ouest).. © Inra, WEBER Jean
Par COMMUNIQUÉ DE PRESSE 4 pour 1000, Université de Poitiers, Inra
Mis à jour le 18/06/2019
Publié le 18/06/2019

Le changement d’usage des terres (déforestation, artificialisation, …), la dégradation des sols et l’appauvrissement de leur contenu en matières organiques a contribué à augmenter la concentration en CO2 dans l’atmosphère, renforçant l’effet de serre et accélérant le changement climatique. L'initiative 4 pour 1000 vise à stocker du carbone dans les sols pour atténuer le changement climatique. Son but est d'augmenter chaque année le stock de carbone des sols du monde de 4 ‰, grâce à la mise en œuvre de pratiques agronomiques et sylvicoles durables. Empêcher la perte de carbone organique des sols et accroître les stocks contribue à l’amélioration de la sécurité alimentaire, présente des bénéfices collatéraux pour la biodiversité, la fertilité et la santé des sols, améliore les propriétés physiques et la rétention en eau de certains sols et permet de lutter contre leur dégradation. Dans certains cas, des sols plus riches en matières organiques permettront aussi aux agroécosystèmes de s’adapter au changement climatique en renforçant leur résilience aux événements extrêmes comme les sécheresses.

Les sols au cœur d’un agenda international

En raison de ses bénéfices multiples, la matière organique des sols est à la croisée de plusieurs des 17 Objectifs de développement durable fixés par les Nations Unies pour 2030 (ODD 2, 6, 12, 13 et 15) et des trois Conventions de Rio : Climat, Biodiversité et Désertification. L’initiative 4 pour 1000 est l’un des éléments majeurs de cet agenda international.

Il y a un besoin urgent à la fois de recherche théorique et de recherche co-construite avec les agriculteurs et d’autres acteurs, selon les contextes locaux particuliers, caractérisés par les connaissances et les pratiques des agriculteurs. Le centre Inra Nouvelle-Aquitaine-Poitiers et l’Université de Poitiers organisent donc une conférence internationale intitulée "Sécurité alimentaire et changement climatique. L'initiative 4 pour 1000 : un nouveau défi concret pour le sol", à l'Ecole supérieure du professorat et de l'éducation (ESPE) à Poitiers du 18 au 20 juin 2019. Cette conférence, avec ses thèmes et ses tables rondes, vise à contribuer à la feuille de route pour la mise en œuvre de l’initiative 4 pour 1000 en France, en Europe et dans le Monde. Le défi est de fédérer des disciplines très différentes en sciences de la vie et de la terre, en sciences humaines et sociales ou bien encore en sciences et technologies de l’information. La conférence va jouer un rôle proactif dans le domaine du changement climatique et de l’usage des terres, notamment pour renforcer les transitions attendues pour le xxie siècle et répondre à la fois aux défis de la recherche et aux attentes des pouvoirs publics et de la société, dans un contexte de globalisation des enjeux.

À propos du centre Inra Nouvelle-Aquitaine-Poitiers

Le centre Inra Nouvelle-Aquitaine-Poitiers rassemble environ 230 personnes dans 10 unités implantées à Lusignan et Rouillé (86), à Chizé (79), au Magneraud et à Saint-Laurent-de-la-Prée (17). Ses recherches et ses expérimentations portent sur l’agroécologie et la gestion durable des prairies, des productions animales et des territoires. Multidisciplinaire, il s’appuie sur la zootechnie, la génétique, l’amélioration des plantes, l’écophysiologie végétale et l’écologie. Différentes formes d’agriculture sont prises en compte, avec une orientation forte vers des alternativesaux modèles conventionnels, vers l’élevage en agriculture biologique et vers la polyculture-élevage.

Les travaux du centre Inra s’inscrivent dans les priorités du territoire régional : l’équilibre cultures-élevage, l’adaptation au changement climatique, la préservation de la ressource en eau et de la biodiversité, ainsi que la compétitivité des secteurs agricoles et agroalimentaires. En contribuant aux orientations de l’agroécologie, ils répondent à un chantier prioritaire pour l’Inra d’ici à 2025 : améliorer les composantes économiques, environnementales et sociales de l’agriculture.

À propos de l’Inra

Créé en 1946, l’Inra est actuellement le premier institut de recherche agronomique en Europe avec 8 417 chercheurs, ingénieurs et techniciens permanents, au 2e rang mondial pour ses publications en sciences agronomiques, l’Inra contribue à la production de connaissances et à l’innovation dans l’alimentation, l’agriculture et l’environnement.

L’Institut déploie sa stratégie de recherche en mobilisant ses 13 départements scientifiques et en s’appuyant sur un réseau unique en Europe, fort de plus de 200 unités de recherche et de 50 unités expérimentales implantées dans 17 centres en région. L’ambition est, dans une perspective mondiale, de contribuer à assurer une alimentation saine et de qualité, une agriculture compétitive et durable ainsi qu’un environnement préservé et valorisé.

4 pour 1000 - Les sols pour la sécurité alimentaire et le climat. © Inra

Toutes les infos sur le symposium