• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

QualiAgro a fêté ses 20 ans de suivi sur les effets d’apports répétés de composts urbains sur les agroécosystèmes

À l'occasion de l'anniversaire du programme de recherche QualiAgro, l'Inra et ses partenaires ont organisé le 28 novembre 2018 un colloque pour partager les résultats et perspectives de l'essai au champ après 20 ans de partenariats public et privé dédiés à l'étude de la valorisation agronomique des composts.

 © Nathalie Schnebelen
Mis à jour le 07/02/2019
Publié le 10/12/2018

En 1998, le compostage des déchets urbains se développe sans que les effets d’apports répétés des composts sur les agroécosystèmes soient tous connus. L’Inra et Veolia mettent en place l’essai au champ QualiAgro où des composts urbains sont comparés à un fumier de bovins de référence. Après 20 ans, leur efficacité pour augmenter les stocks de matière organique des sols est démontrée ainsi que l’amélioration des propriétés des sols associées ; cette pratique permet d’éviter le recours aux engrais de synthèse (en totalité pour le phosphore et le potassium, partiellement pour l’azote). Les impacts environnementaux associés aux éléments traces, aux contaminants organiques dont des pharmaceutiques, microorganismes pathogènes ou gènes de résistance aux antibiotiques sont limités permettant d’assurer que le retour au sol des déchets organiques constitue une voie intéressante de valorisation aux impacts très limités à moyen terme.

En 2018, après 20 ans, les résultats acquis sont nombreux. Leur synthèse a été présentée lors du colloque anniversaire le 28 novembre 2018 à l’Inra de Versailles. Les résultats ont été regroupés en 4 présentations préparées conjointement par des scientifiques de l’Inra, des ingénieurs de Véolia, d’instituts techniques, de l’INERIS ou de chambres d’Agriculture afin d’assurer le transfert des résultats vers les praticiens.

Les 4 présentations ont porté sur :

(1) l’évolution des stocks de carbone dans les sols, montrant des dynamiques supérieures aux attendus de l’initiative 4 pour 1000 ; en lien avec l’augmentation de carbone dans les sols, l’augmentation de la biomasse microbienne et de la faune ont été présentées ainsi que l’amélioration des propriétés physiques telles que la réserve utile des sols, la stabilité des agrégats…

(2) la disponibilité en éléments fertilisants ; si la disponibilité à court terme de l’azote reste inférieure à 20% l’année de l’apport, l’augmentation des teneurs en matière organique du sol peut permettre à terme de faire l’impasse sur les engrais minéraux azotés les années d’apport de compost et sur les engrais phosphatés dans tous les traitements organiques

(3) les flux d’éléments traces augmentent les teneurs en cuivre et zinc des sols mais les effets des apports sur les teneurs en matière organique dans les sols et le pH peuvent modifier la biodisponibilité des éléments traces en cas d’apports organiques (diminution pour le cadmium, augmentation pour le cuivre)

(4) si les flux de contaminants organiques peuvent atteindre quelques dizaines de grammes par hectare lors d’un épandage, les taux d’accumulation dans les sols restent très faibles et on peut calculer des temps de demi-vie de dissipation. Les résidus pharmaceutiques sont rarement détectés dans les eaux, conduisant à des faibles risques d’impacts écotoxicologiques.

En conclusion et après 20 ans de suivi du site QualiAgro, les impacts environnementaux sont faibles à très faibles, mais les intérêts agronomiques sont démontrés. Une contrainte reste la nécessité d’équilibrer les apports par rapport aux besoins des plantes, ce qui limite les flux d’apport possibles en carbone organique et les bénéfices liés à ces augmentations de teneurs en matière organique dans les sols.

Une première perspective a été présentée lors du colloque consistant à valoriser les résultats des sites du SOERE-PRO dans des travaux à l’échelle territoriale d’optimisation de la gestion des ressources organiques. D’autres perspectives ont été discutées lors d’une table ronde soulignant des besoins de références sur des contaminants émergents tels que les micro-plastiques, ainsi qu’en écotoxicologie terrestre. Cette table ronde s’est conclue en soulignant l’importance des sites de longue durée pour évaluer les effets à long terme de ces pratiques de recyclage.

En savoir plus

Le site QualiAgro est un des sites du SOERE-PRO, réseau de sites d’étude des effets des apports de produits résiduaires organiques épandus dans des agroécosystèmes. Ce réseau constitue un des services de l’Infrastructure AnaEE-France, ouverts à la collectivité scientifique nationale et internationale. De nombreux programmes de recherche ou thèses utilisent ces sites.

Les résultats du site QualiAgro ont permis la rédaction de « fiches composts » utilisées sur le terrain. L’outil CarboPRO a été élaboré pour simuler les évolutions des stocks de carbone organique dans des sols en lien avec des pratiques d’apport de compost. 

Site web : https://www6.inra.fr/valor-pro du SOERE-PRO dont le site QualiAgro

Signature Veolia Inra Irstea © Nathalie Schnebelen

A propos de

A l'issue de ce colloque, l'Inra, Irstea et Veolia ont signé une convention cadre d’une durée de cinq ans. Les présidents Antoine Frérot, Philippe Mauguin et Marc Michel s’engagent à ce que Veolia, l’Inra et Irstea poursuivent leur collaboration au service d’une agriculture durable, avec notamment un objectif de reconquête du potentiel agronomique des sols grâce aux composts issus de l’économie circulaire.

>> Lire le communiqué de presse